KALAALLIT NUNNAT

7. III. 2019. 16H45 24. II. 2019. AUX ALENTOURS DE MIDILe travail à l’atelier avance petit à petit pour préparer la petite édition du Leporellimini KALAALLIT NUNAAT qui paraîtra à la fin de l’été

En attendant, voici une petite vidéo pleine de vent et de glaçons pour vous rafraîchir un peu ! 

14. II. 2019. TIKILLUARIT ! Bienvenue au Groenland !

Au départ de Copenhague, il faut prendre un train pour se rendre à l’aéroport de Kastrup qui assure régulièrement les liaisons du Danemark vers le Groenland.
Chargés comme nous le sommes, avec nos valises, caisses et sacs à dos remplis à bloc,  c’est déjà un bon début d’expédition pour nous cinq !

Les Petits Riens du Groenland © ADAGP Bénédicte Klène. Résidence Artistes en Arctique 2019
Le grand airbus rouge flamboie sur le tarmac gris de pluie. Plus tard, à 
bord du vol Greenland Air 781, je suis des yeux l’itinéraire de l’avion qui s’affiche sur l’écran placé sur le dossier devant moi : à chaque voyage un peu lointain, j’adore ça !
Nous survolons le Danemark, puis nous passons au dessus de l’Islande avant de nous rapprocher de la côte sud du Groenland et enfin piquer vers l’ouest. 

Les Petits Riens du Groenland © ADAGP Bénédicte Klène. Résidence Artistes en Arctique 2019

Local time : 10H28 (ce qui veut dire 14H28 en France).
Estmed Arrival time : 11H28. Alors, derrière le hublot, tout devient blanc et bleu.
La lumière est étincelante et nous en prenons plein les mirettes !

L’escale à Kangerlussuaq est déjà un premier choc. Je suis une des dernières à descendre de l’avion. On a annoncé -25° et je crains le choc du froid alors qu’il faisait si chaud dans l’avion.  De gros nuages de vapeur blanche s’échappent au dessus de nos têtes et le tarmac est luisant de glace.

 

13H35-14H15: Vol GL 534 Kangerlussuaq – Aasiaat sur un autre bel avion rouge de la même compagnie. Mais cette fois, notre avion arbore deux belles hélices qui ronflent très fort durant ce vol de 45 minutes. Il fait froid dans l’avion et pour la première fois depuis de le début du voyage, je n’ai pas chaud avec mon énorme veste polaire ! 

Les Petits Riens du Groenland © ADAGP Bénédicte Klène. Résidence Artistes en Arctique 2019

De gros paquetages emballés de toile de couleur vert kaki occupent plusieurs sièges. Leur contenu restera  un mystère.  Mon sac à dos déborde, il m’est impossible de le caser dans un coffre, ce qui rend l’installation encore plus difficile avec tout mon barda. 

Les Petits Riens du Groenland © ADAGP Bénédicte Klène. Résidence Artistes en Arctique 2019

Ma voisine s’appelle Emily. Quand je lui demande si elle vit à Aasiaat, je ne comprends rien à sa réponse. Elle habite ailleurs, mais où? Il va falloir que je me familiarise avec l’anglais – groenlandais ! J’ai tenté de lui dire merci « QUJANAQ », et à son tour, elle n’a rien compris. Mais j’ai appris avec elle à  prononcer comme il faut  « Qrouyanak« !

A l’arrivée, les chevaliers de l’Arctique nous attendent. Philippe, le capitaine du Manguier, Aqqalu et Jacob, du village d’Aasiaat, sont arrivés avec leurs motoneiges plus un traineau pour transporter nos bagages. Torben, mon pilote, tracte une Pulka dans laquelle Cléa et Roxane se sont installées. 

Une chevauchée fantastique commence alors sur la banquise ! Plus tard, j’apprendrai que nous sommes passés par Suqardlip et qu’il existe un passage direct plus rapide, mais qu’il était alors impraticable par ce temps-là. Température : -15° seulement, mais le ciel est couvert, le vent souffle comme annonciateur d’une tempête de neige et la lune est déjà voilée. Il se dégage une drôle d’atmosphère !

 

Je m’accroche à l’arrière de la motoneige que Torben qui pilote à toute berzingue.
Mon nez coule à flot sans qu’il me soit possible de lâcher les mains sortir un mouchoir. Je comprends maintenant pourquoi on ne prête jamais sa cagoule…

Les Petits Riens du Groenland © ADAGP Bénédicte Klène. Résidence Artistes en Arctique 2019

A l’arrivée, une magnifique collation préparée par Oïjha nous attend bien au chaud dans le carré du Manguier!

 

12 – 14. II. 2019 : le grand départ vers l’Arctique

Je sais que, depuis mon retour,  vous êtes nombreux à attendre des nouvelles de mes Petits Riens. Comme cela fait juste deux mois aujourd’hui que je m’envolais vers le Groenland dans le bel avion rouge d’Air Greenland, je voudrais profiter de cette date anniversaire symbolique pour commencer à partager mes dessins avec vous tous,  amis ou inconnus qui vous intéressez à cette aventure, qui me soutiennent et m’accompagnent depuis le début de ce magnifique projet des Petits Riens en Arctique. Alors, commençons doucement depuis le début…

Leporello 01-001 bis WEB

Leporello 01-001 WEB ter.jpg

Grand soleil à Rennes pour saluer mon départ et descente dans les nuages vers Paris.
Mon inquiétude au sujet du court délai de ma correspondance vers Copenhague était justifié : mes bagages n’ont pas suivis et sont restés à Paris . Le voyage commence avec le stress de ne pas les récupérer à temps pour le grand départ vers le Groenland !
Ma valise est pleine : j’emporte avec moi les dessins et Leporellos que les enfants des écoles de Bécherel et de Saint-Grégoire ont préparés pour les offrir aux écoliers  que nous allons rencontrer au village inuit d’Akunnaaq. J’ai aussi 60 mètres de papier Vivaldi blanc, gris et crème, déjà pliés en accordéon. Canson m’a gentiment envoyé plusieurs jolis carnets Artbook de différentes dimensions et d’autres plus petits, pour les enfants des ateliers. Faber Castell m’a tout aussi aimablement envoyé des pochettes de stylos et de crayons de toutes sortes que je vais pouvoir éprouver au grand froid.. 

Les Petits Riens du Groenland © ADAGP Bénédicte Klène. Résidence Artistes en Arctique 2019

Les Petits Riens du Groenland © ADAGP Bénédicte Klène. Résidence Artistes en Arctique 2019

Et voilà l’équipe au complet à Copenhague !
J’ai retrouvé Roxane, Cécile et Cléa dans le même avion au départ de Paris. C’était amusant de voir Cléa porter la doudoune grise et rouge en duvet d’eider que je lui avais prêtée. J’avais un peu l’impression de me voir, quelques années pus tôt…
Eric, qui vien
t de Marseille, nous rejoint plus tard dans la soirée, suivi enfin de la livraison de ma valise au milieu de la nuit. Ouf !
Comme nous partageons une grande chambre à l’Urban House Meininger, nous prenons le temps de refaire ensemble nos bagages pour tenter de dispatcher au mieux les excédents de poids. Nous examinons ensemble toute sortes de stratégies pour ne pas nous retrouver avec une facture exorbitante de surplus de bagages car le poids est très limité en partant sur le Groenland. Toutes les poches de nos vêtements sont remplies à bloc. Nous sommes tous excités comme des puces par le départ imminent et une complicité espiègle s’installe déjà entre nous . 

Les Petits Riens du Groenland © ADAGP Bénédicte Klène. Résidence Artistes en Arctique 2019