Les Petits Riens. Chapelle du Saint Esprit. Auray. Eté 2011

http://www.ville-auray.fr

Exposition d’été : créez vos « Petits Riens »

L’exposition d’été organisée à la Chapelle du Saint-Esprit par le Centre culturel Athéna, est consacrée à Bénédicte Klène, plasticienne. L’artiste investit l’espace avec les « Petits Riens », en jouant sur des contrastes et des différences d’échelles. L’exposition repose aussi sur une démarche participative des Alréens invités à créer des « Petits Riens ». Pour ce faire une carte postale a été glissée dans le magazine municipal « Vivre Auray » daté de mai 2011. Il est possible également de la télécharger (Pdf – 25 Ko) ou de déposer un « Petit Rien » sur tout autre support. Cette création collective, et certainement hétéroclite de « Petits Riens », sera exposée auprès des oeuvres originales de Bénédicte Klène.

tout savoir sur les « Petits Riens » (Pdf – 284 Ko)

Du 11 juin au 18 septembre 2011 / Chapelle du Saint-Esprit / Entrée libre et gratuite

Http://www.viafrance.com/evenements/-les-petits-riens-exposition-679293.aspx

Riens à dire !

La plasticienne Bénédicte Klène invite les habitants d’Auray à réfléchir à cette question simple : C’est quoi un Petit Rien ? Avec la participation des habitants l’exposition nous invite à y répondre. En contrepoint des réponses collectives, l’exposition propose les œuvres originales de l’artiste qui nous offre sa vision des Petits Riens. Un travail sur le temps, l’éphémère au cœur de la Chapelle du Saint-Esprit.

Le Télégramme,18 juin 2011

À la chapelle du Saint-Esprit, Yola Couder accueille les visiteurs et accroche leurs contributions à l’exposition Les Petits riens.

La chapelle du Saint-Esprit est aussi le réceptacle d’une exposition hors du commun.

Jusqu’au 18 septembre, les « Petits riens » de la plasticienne Bénédicte Klène s’affichent aux cimaises de la chapelle. Les Petits riens ? « Ils s’accrochent tous les jours, selon le bon vouloir des visiteurs, explique Yola Couder qui gère cette exposition interactive. Le propos de l’artiste s’enrichit chaque jour des participations du public. C’est très vivant ».

De fait, outre les carnets de dessins de la plasticienne reproduits sur les murs, des dessins, photos et petits mots viennent chaque jour grossir le projet artistique. Un double dialogue entre le fil et le film de la vie de l’artiste et son public s’instaure au gré de l’inspiration du visiteur. « C’est une exposition à la fois généreuse, sincère et intime mise en images et en musique (les Petits riens de Mozart) » Images et musiques qui s’enrichissent là encore de propositions du public.

Une oeuvre sans fin ? Peut-être pas. Mais cet inventaire à la Prévert ne cesse de faire des émules et c’est en soi fort réjouissant…

Ouest- France, 20 juin 2011

Au coeur de la chapelle du Saint-Esprit où s’accrochent jusqu’au 18 septembre, les Petits riens de Bénédicte Klène

 Des Petits riens qui en disent beaucoup 

Purement artistiques et inattendus, les Petits riens de Bénédicte Klène habillent la chapelle du Saint-Esprit depuis une semaine. Démarche artistique insolite, cette exposition s’articule autour d’une présentation simple et dépouillée et incite les Alréens à «participer au processus de création collective inédite»: réaliser une collection de Petits riens. Une partie de l’exposition présente donc les propositions des habitants, scolaires ou groupes, qui ont répondu en apportant «leurs points de vue sur les petits riens de nos vies», explique la plasticienne. Une création hétéroclite et collective complétée par le travail original de Bénédicte Klène. Elle investit l’espace en jouant avec les contrastes et les différences d’échelles, avec le noir et blanc ou la couleur, avec l’intimité discrète et la démesure. 

Ouest- France, 13 juin 2011

Les Petits Riens à la chapelle, ce n’est pas rien !


Chaque année, un appel à projets est lancé pour que des artistes investissent la chapelle du Saint-Esprit. « Il faut réinventer pour susciter l’intérêt du public », fait remarquer Kaourintine Hulaud, adjointe au maire aux affaires culturelles. Pour cette saison, Bénédicte Klène a été retenue. « Cela a été un défi pour moi d’investir ce grand espace ! »

Bénédicte Klène a toujours un petit carnet de poche avec elle dans lequel elle réalise des croquis. « Le dessin m’aide à lâcher prise. C’est une échappatoire. Je me pose, j’arrête le temps cinq minutes ou une demi-heure. Je dessine directement au stylo », explique l’artiste qui a déjà noirci une quinzaine de carnets. « Longtemps, je les ai tenus secrets… »

L’artiste a commencé à les exposer à Quimperlé en 2008. Pour l’exposition d’Auray, des tirages d’art de ces pages de carnets ont été mis sous verre. Une grande frise des dessins réalisés depuis 2003 couvre tout un pan de mur. « Au printemps, je suis venue croquer des moments sur le marché, sur le port, dans les rues d’Auray. » Vingt-sept petits riens imprimés en transparence sur de grandes bâches colorées forment une installation qui inclue les visiteurs.

Une démarche participative et ludique

Déjà, des Alréens ont créé leur « petit rien ». Une proposition leur a été faite à partir d’une carte postale vierge de participer au processus de création pour aboutir à une création collective inédite de Petits riens. Il suffit d’un mot, d’un poème, d’une idée, d’une image, d’un objet, d’un dessin, d’une photo, d’une vidéo ou d’une musique…

« Les Alréens deviennent acteurs pour exprimer un instantané de bonheur. Cette exposition va évoluer au fil du temps avec des nouveaux petits riens. La poésie existe encore avec cet art éphémère », conclut Kaourintine Hulaud. Des petits riens sont déjà accrochés sur les murs et on pourra en apporter tout au long de la période d’exposition.

Jusqu’au 18 septembre, exposition « Les petits Riens », à la Chapelle du Saint-Esprit, place du Four Mollet. Entrée libre. Du lundi au samedi, de 10 h 30 à 12 h 30 et de 15 h à 18 h 30, le dimanche de 15 h à 18 h 30. Ouvertures exceptionnelles : Journées du patrimoine de pays dimanche 19 juin, Fête de la musique, mardi 21 et pour les 60 ans de la Kevrenn Alré, mercredi 13 juillet, en nocturne. Renseignements au 02 97 56 18 00.

« Les Petits Riens ». Galerie du Présidial. Quimperlé. 2008

Télégramme. 17 Novembre 2008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouest France. Novembre 2008

 

Commande publique. Mairie de l’Europe. Brest. 2008

L’art public et les habitants : réunion ouverte à tous – Brest

Ouest France. mercredi 30 juin 2010

La ville de Brest est jalonnée d’oeuvres d’art. Leur installation résulte, souvent, d’une politique de commande publique : le « 1 % artistique » comme l’Arbre à palabres et pavois de Bénédicte Klene à la mairie de l’Europe (photo)…Plusieurs opérations sont en cours : 1 % du Mac Orlan, du Stella, du groupe scolaire du Pilier Rouge, du tramway…

Mercredi 30 juin, 20 h, salle Outremer, au centre social de Bellevue.

Cliquez ici pour lire l’article de SILLAGE (P. IV.  Février- Mars 2008): « Arbre à Palabres et Pavois ». Commande publique ( 1 % artistique) pour la nouvelle Mairie de l’Europe. Brest. 

Un arbre à palabres aux racines salées

Le Telegramme13 janvier 2008

Quoi de plus naturel que de faire pousser un arbre, au titre du 1 % culturel instauré, en son temps, par le ministre de la Culture André Malraux, qui avait imaginé cette mesure pour soutenir la création artistique ? C’est Bénédicte Klène qui a été choisie pour piloter le projet de cet arbre à palabres. Un arbre métallique sur lequel on peut lire les mots « Fraternité, Tolérance, Solidarité ». Chaque lettre est reprise par un pavillon du code maritime international, la mer n’étant après tout pas très loin. Une bonne partie du quartier a été associée à la conception de cette oeuvre tout en hauteur, les habitants y ajoutant, sur son socle : « Brest, une ville de l’Europe, l’Europe, une ville de Brest ».

L’oeuvre symbolique est plantée à proximité de la salle des mariages.

Quoi de plus naturel que de faire pousser un arbre, au titre du 1 % culturel instauré, en son temps, par le ministre de la Culture André Malraux, qui avait imaginé cette mesure pour soutenir la création artistique ? C’est Bénédicte Klène qui a été choisie pour piloter le projet de cet arbre à palabres. Un arbre métallique sur lequel on peut lire les mots « Fraternité, Tolérance, Solidarité ». Chaque lettre est reprise par un pavillon du code maritime international, la mer n’étant après tout pas très loin. Une bonne partie du quartier a été associée à la conception de cette oeuvre tout en hauteur, les habitants y ajoutant, sur son socle : « Brest, une ville de l’Europe, l’Europe, une ville de Brest ».