2. II. 2012. Déjeuner sur scène

Gerardo Jerez Le Cam, « Racines »

31.I. 2012. 15h53 / 17h09. Accrochage au Carré d’Art, Marine Dricot

François n’était pas bien sûr que Marine Dricot, après avoir voyagé la veille au départ de Bruxelles, commencerait l’accrochage de son expo ce mardi après-midi. « Viens donc mercredi matin », m’avait-il conseillé. « Même si nous nous y mettons mardi, nous finirons bien le lendemain !  »
Heureusement que je suis venue faire un petit tour le premier jour car Marine, très professionnelle, avait pensé à l’avance son plan d’accrochage dans les moindres détails. Du coup, jamais je n’ai vu un montage d’exposition aussi rapide et efficace !

27. I. 2012. Soirée de concert de La Mal Coiffée

Vers la fin de concert, j’ai quitté les hauteurs de ma passerelle pour m’installer dans un de ces moelleux fauteuils rouges qui occupent la salle de spectacle et je me suis mis à croquer François derrière sa console -lumière. C’était le seul de la « Mal coiffée » qui manquait encore à la galerie des Petits Riens de leur deuxième semaine de résidence.
Non seulement je les ai tous et toutes croqué, mais en plus j’ai leurs autographes sur la pochette de leur CD ! Et cela me fera un peu de soleil occitan dans les oreilles pour finir l’hiver !

27. I. 2012. Polyphonies occitanes

J’ai inauguré Vendredi mon premier spectacle en tant que chroniqueuse officiellement accréditée, ce qui veut dire discrètement éclairée… Quel confort et quel bonheur ! cela me change des soirées passées au TNB à dessiner dans le noir !
Ici, bien installée en hauteur sur la passerelle, je découvre un nouveau point de vue sur les spectateurs, mais le cadrage en plongée n’est pas évident pour les musiciens sur la scène, comme si mon œil et ma main ne pouvaient s’empêcher de rectifier le raccourci dû à la perspective.